330 av Thiers 33100 Bordeaux - 09 70 72 34 06
Menu

Une clinique ophtalmologique spécialisée dans les maladies du segment antérieur de l’œil à Bordeaux (Gironde)

La clinique ophtalmologiqueThiers à Bordeaux en Gironde est un espace dédié aux maladies oculaires.

Dr Pierre Bouchut | Centre ophtalmologique à Bordeaux

La chirurgie de la cornée

La chirurgie de la cornée bénéficie de nouvelles techniques de greffes : greffe transfilantes, lamellaires, antérieures, et postérieures .

De nombreux examens dans le cadre d’un bilan clinique complet sont nécessaires afin de déterminer les causes qui vous conduisent à consulter.

Les pathologies infectieuses, les dystrophies, les ptérygions, les kératocônes sont les pathologies les plus fréquentes.

Anatomie du premier élément réfractif de l’œil, un composant oculaire essentiel à la vision

La cornée correspond à la partie antérieure transparente de l’œil, mais c’est aussi le premier élément réfractif. Elle est essentiellement faite de collagène, d’eau et de cellules et fonctionne comme une sorte de hublot. Elle n’est pas vascularisée pour assurer sa transparence. C’est également l’une des zones les plus sensibles de l’organisme en raison de sa multitude de terminaisons nerveuses.

Elle est constituée de plusieurs couches de cellules et de deux membranes :

  • L’épithélium
  • La membrane de Bowman
  • Le stroma (environ 90 % de son épaisseur)
  • La membrane de Descemet
  • L’endothélium

Prenez rendez-vous

09 70 72 34 06

Traitement des anomalies de forme et perte de transparence à Bordeaux (Gironde)

Les pathologies de la cornée peuvent considérablement altérer la vision. La baisse d’acuité visuelle d’origine cornéenne peut être causée soit par une perte de transparence :

  • Dystrophie de Fuchs ou cornea guttata
  • Kératocône très évolué
  • Kératite (inflammation)
  • Œdème
  • Cicatrice post-traumatique

Soit par une anomalie de forme :

  • Kératocône
  • Dégénérescence marginale pellucide
  • Kératoglobe

Prise en charge des différentes pathologies et atteintes de la cornée

De nombreuses pathologies peuvent affecter ce tissu qui est primordial pour une bonne vision.

  • Les traumatismes mécaniques, chimiques ou thermiques
  • La kératite herpétique : c'est une infection virale causée par le virus de l’herpès.
  • Le ptérygion : il correspond à une expansion de la conjonctive sur la cornée qui peut entraîner un astigmatisme difficile à corriger par des lunettes. Il est favorisé par l’irritation chronique de la conjonctive (vent, poussière, UV...) et se développe sous la forme d’un triangle dans le coin interne de l’œil. Il peut être responsable de rougeur ou de douleur oculaire intermittentes. À un stade avancé, le ptérygion peut toucher l'axe visuel.
  • La dystrophie de Fuchs : c'est une maladie progressive qui touche généralement les personnes de plus de 40 ans. Du fait de cette pathologie, les cellules de l’endothélium sont en nombre réduit. En dessous d'un certain seuil, un oedème de cornée va apparaitre et une greffe de cornée peut s'avérer nécessaire.
  • L’œdème de cornée correspond à une accumulation d'eau dans le stroma. il peut être secondaire à des altérations de l’endothélium (nécessaire pour maintenir la cornée dans une relative déshydratation pour garder sa transparence), de l'épithélium (ulcère chronique) ou encore du stroma (inflammation).
  • Le kératocône est une ectasie de la cornée à l'origine d'une protusion cornéenne le plus souvent inférieure entrainant un astigmatisme irrégulier.

 

Les greffes de cornée

Les techniques actuelles nous permettent souvent de traiter uniquement la partie atteinte. On parle alors de greffe lamellaire.

Elle peut être antérieure profonde (en cas de kératocône).

Elle peut être postérieure si l’endothélium seul est atteint. Dans ce cas, on privilégiera la kératoplastie endothéliale   de la membrane de Descemet (DMEK) qui consiste en l’ablation sélective de la membrane de Descemet et de l’endothélium pour ensuite insérer le greffon du donneur.

La récupération visuelle est bien plus rapide (3 mois) qu’avec la technique transfixiante (1 an). L’astigmatisme induit par l’opération sera également moins important voir inexistant. En cas de cataracte, votre chirurgien peut la traiter simultanément.